frENG    FR     中文资料
frENG    FR     中文资料

Travail et bien-être

30 août, 2022
Par: Marie-Alexandre Ayotte, M.Sc. Ps.Ed, Psychothérapeute

Le travail occupe une grande place dans nos vies, et ce, pour différentes raisons : développement de l’identité professionnelle, valorisation, relations significatives, bénéfices et rémunération. Au-delà d’y investir temps et énergie, on retrouve plusieurs autres facteurs qui pourraient avoir un impact significatif sur notre bien-être général.

En effet, notre santé psychologique (et physique !) peut être impactée par des facteurs psychosociaux du travail. On parle de risques psychosociaux et d’effets négatifs lorsque des caractéristiques du milieu de travail menacent notre santé et notre intégrité (APSAM, 2021). Voici les principaux facteurs d’influence :  

 

Caractéristiques liées à lemploi et lorganisation

 

Aimer son travail

Comme on y consacre beaucoup de temps, aimer son travail est important. Occuper un emploi qui cadre avec nos valeurs et a du sens pour nous contribue à notre épanouissement. L’inverse peut cependant avoir des conséquences comme entraîner de l’anxiété, de la frustration, une diminution de la motivation et de l’engagement et affecter notre satisfaction générale.

La charge et le fonctionnement

La charge psychologique au travail comprend plusieurs dimensions, soit la quantité de travail et les tâches à accomplir, les exigences mentales liées à sa réalisation (complexité, difficulté, engagement), ainsi que les limites de temps à respecter (Vézina, 2014). On peut parfois sous-estimer la charge en ne s’en faisant pas une représentation juste et potentiellement normaliser les effets d’une trop grande charge.

Justice organisationnelle et reconnaissance au travail

Une personne peut se retrouver à risque lorsqu’elle sent que ses efforts ne sont pas reconnus et récompensés adéquatement. Cela peut se traduire par un salaire insuffisant, un manque de reconnaissance ou de respect, l’insécurité d’emploi ou l’absence de perspectives d’avancement (APSAM, 2021).

Sécurité demploi

L’insécurité est associée aux risques de perdre son emploi. Elle peut aussi se vivre lorsqu’on occupe un poste temporaire ou lorsque l’on est en probation et n’avons pas accès aux avantages sociaux des postes permanents (Vézina, 2014).

Autonomie 

L’autonomie dans son travail est une dimension importante. Elle renvoie à la flexibilité dans les façons de pouvoir l’exécuter et la participation dans la prise de décisions (avoir de l’influence sur la façon dont les choses se passent ou avoir la liberté de décider comment faire son travail).  Cela renvoie aussi à la réalisation de soi et la possibilité de développer ses habiletés (faire preuve d’initiatives et de créativité, avoir un travail varié, apprendre de nouvelles choses) (Vézina, 2014).

 

Les relations

 

Les relations que l’on entretient au travail peuvent avoir des impacts significatifs. Les relations négatives et les conflits peuvent être source de tension psychologique importante. Les conséquences sont multiples : doute de soi, remise en question, isolement, stress, anxiété, sentiment de compétence fragilisé, frustration, etc., il devient donc important de reconnaître les attitudes ou les comportements problématiques.

Les comportements violents en milieu de travail sont de mieux en mieux documentés. Dans certains cas, ceux-ci sont clairs et manifestes (propos discriminatoires, humiliants ou dégradants, menaces). D’autres sont plus insidieux et génèrent confusion ou doute quant à nos propres expériences. En effet, la frontière peut être floue entre le harcèlement et la manipulation.

Comment reconnaître les comportements problématiques et les traits de personnalités plus difficiles ? [1]

Certains traits de personnalité peuvent être plus problématiques et se manifester par des comportements et des pensées rigides, ainsi qu’une attitude défensive. On remarque aussi une difficulté importante à faire preuve d’introspection et réfléchir à l’impact de ses agissements (la responsabilité ou la faute est souvent mise sur autrui). Ces difficultés à se remettre en question peuvent aussi se traduire par un manque d’empathie envers l’autre et une difficulté à se mettre réellement à leur place. Des comportements problématiques peuvent aussi découler d’une difficulté à réguler ses émotions et les communiquer adéquatement (débordements, réactivité, impulsivité). Par exemple, exiger des comptes, partager ses insatisfactions et ses émotions dans des moments non opportuns ou le communiquer de manière inadéquate. Comme il s’agit de personnalité difficile, les comportements et attitudes sont relativement stables dans le temps et se manifestent avec plusieurs personnes également. La plupart des individus qui présentent ces caractéristiques ne sont pas conscients du caractère inadapté de leur fonctionnement (Ouimet, cité dans Gill, 2021).

L’expérience du lien peut se traduire par des malaises, une difficulté à penser clairement en présence de la personne, une certaine paralysie d’action, un inconfort à nommer ses limites ou à la « confronter ». Certains peuvent ressentir un désir de ne pas contrarier la personne pour rester dans ses bonnes grâces, au détriment de ses propres besoins. Nous pouvons également ressentir une grande frustration et un sentiment d’injustice.

Les comportements de manipulation

Une influence positive s’exerce à travers des relations collaboratives et constructives qui sont faites de compromis et concessions. Une relation saine repose sur la confiance, la compréhension et le respect mutuel. Dans un contexte de manipulation psychologique, une personne est utilisée au profit d’une autre. On remarque un déséquilibre dans la relation, qui se traduit davantage par une relation de pouvoir (absence de rétroactions positives, propos culpabilisants, chantage affectif) (Martin, 2020).

Outils et recommandations

  • Identifier les facteurs et les comportements à risque dans notre milieu.
  • Mettre ses limites et les installer rapidement. Ne pas hésiter à utiliser les ressources disponibles pour se soutenir.
  • Faire confiance à notre ressenti et prendre action pour prendre soin de nous.
  • Chercher du soutien, ne pas hésiter à en parler à notre entourage.

 

Voici des capsules informatives sur les facteurs psychosociaux du travail et leurs différentes manifestations : https://cavamalashop.org/episodes/

Voici un questionnaire anonyme, qui permet d’évaluer le risque dans le milieu de travail : https://cavamalashop.org/evaluer-mes-risques/ 

[1] À noter que ces informations sont présentées à titre indicatif et ne se veulent pas une liste exhaustive ni causale.

références

APSAM : association paritaire pour la santé et la sécurité du travail secteur « affaires municipales ». (2021, mai). Santé psychologique-vue globale.  https://www.apsam.com/theme/sante-psychologique/sante-psychologique-vue-globale

Ça va mal à ’shop.(2022, avril). Les risques psychosociaux. Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec. https://cavamalashop.org/risque-psychosociaux/

Grill, E. (2021, décembre). Série comportements toxiques au travail-qui sont ces gens difficiles au travail? Gestion HEC Montréal. https://www.revuegestion.ca/qui-sont-ces-gens-difficiles-au-travail

Martin, S. (2020, décembre). Communiquer, influencer ou manipuler? Équilibre vie. https://www.equilibrevie.com/post/communiquer-influencer-ou-manipuler

Vézina, M. (2014). Les conséquences du travail sur la santé mentale. Le partenaire.22(3). https://aqrp-sm.org/partenaire/flipbook/vol22no3/files/inc/vol22no3.pdf

Connecte Psychology