Viewing entries tagged
Annelie

My cancer experience… as an outsider looking in

My cancer experience… as an outsider looking in

walking in nature pexels.jpeg

Friday, August 31st, 2018 will be the last day of my postdoctoral fellowship at the Psycho-Oncology Center of the Sainte-Justine Hospital. Wednesday, September 3rd, 2008 was the beginning of my doctoral studies and my thesis focused on breast cancer and one of my clinical internships was at the Psychosocial Oncology Program of the Jewish General Hospital. Since it has been close to 10 years that I have been involved in cancer research and clinical work, I thought I would share some of what I have learned thus far.

The first thing that comes to mind is how resilient people are throughout their cancer trajectory (diagnosis - treatment - survivorship or end of life). Indeed, it requires great strength to be able to cope with a life-threatening diagnosis and adapt to lifestyle changes that can have permanent consequences. A study reviewed 57 published articles and found several personal attributes and characteristics related to resiliency throughout different cancer phases such as optimism, hope, realistic expectations, social support, spirituality and supportive provider communication, etc (Molina et el., 2014). In sum, it is of utmost importance to promote resiliency to meet the psychosocial needs of patients whether they are undergoing treatment, their treatment is completed or whether they are in palliative care. In fact, several cognitive behavioral and existential interventions have been elaborated to foster resiliency to improve quality of life and enable psychological well-being or posttraumatic growth (Loprinzi et al., 2011; Lee, Robin Cohen, Edgar, Laizner, & Gagnon, 2006). 

 

Forces beyond your control can take away everything you possess except one thing, your freedom to choose how you will respond to the situation.

― Viktor E. Frankl

 

The second thing that comes to mind is the word distress. I have read, heard and witnessed that word countless times throughout my cancer experience. Distress is the 6th vital sign in a cancer population and it is estimated that 33% of the cancer population suffer from significant distress (Howell et Olsen, 2011). Also, it has been associated with worsened health-related quality of life, lesser treatment adherence and lower satisfaction with care (Howell et Olsen, 2011). Although it is recommended to screen for psychological distress along the cancer continuum, it has been reported that patient’s distress often goes unnoticed and the patients are not referred to psychosocial services available (Cohen, 2013; Johnsen et al., 2013; Mitchell, 2015). Also, patients considered as “survivors” report distress as several struggle to find a new sense of normalcy or cope with adverse long-term effects.

distress.png

Considering that approximately 1 in 2 Canadians will receive a cancer diagnosis in their lifetime and that the survival rate after 5 years is estimated to be 60% (Canadian Cancer Statistics, 2017), it becomes apparent how assessing psychological distress and promoting resiliency is imperative to enable psychological well-being and improve quality of life throughout the cancer trajectory. There are several resources available: several hospitals have a psychosocial oncology department offering several services (psychologist, social worker, spiritual aid, musicotherapy/artherapy, mindulfness/yoga interventions). The Canadian Cancer Society also has a community service locator which is a directory of different services available for patients or caregivers. Lastly, I have suggested several books to patients who have completed their treatment and are seeking support and struggling to find their “new normal”. Please see below for the list of resources and books.

Dans cette tranche de vie, il n’y aura eu ni duel, ni vainqueur, ni vaincu. Juste un magistral coup de poing, des descentes aux enfers sans demi-mesure et ce bain d’humanité

 ― Françoise Stanton, extrait d’un témoignage tiré du livre Tu n’es pas seule

The last point I would like to make is that although my focus has been on the “patient”, I would be remiss not to mention the family and friends of said patient as their cancer experience matters as well. They too show great strength and can experience distress which can go unnoticed, and they too can benefit from some of the above-mentioned resources.

Finally, what I learned thus far is how much I want to keep learning, broaden my cancer experience and share my knowledge.

Stay tuned!


Annélie S. Anestin est une psychologue à la clinique Connecte Groupe de psychologie de Montréal. L’équipe de Connecte aime bien écrire sur les diverses façons d’améliorer notre santé mentale et inclure la psychologie dans notre vie quotidienne. Pour plus de conseils utiles, consultez les blogues de Connecte, les baladodiffusions, suivez-nous sur Instagram @connectepsychology ou aimez notre page sur Facebook.


Books

  • Tu n’es pas seule, L’expérience du cancer : paroles de femmes. Collectif dirigé par Dominique Lanctôt, Les éditions de l’Homme, 2015, qc
  • Man’s search for meaning, Viktor E. Frankl
  • La route du sens, L’art de s’épanouir dans un monde incertain, Jean-Louis Drolet

Links

References

Ministère de la santé et des services sociaux. La détresse des personnes atteintes de cancer : un incontournable dans les soins. Édition: La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux. http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2017/17-902-11W.pdf.

Molina Y, Yi JC, Martinez-Gutierrez J, et al. Resilience Among Patients Across the Cancer Continuum: Diverse Perspectives. Clin J Oncol Nurs. 2014; 18:93-101.

Loprinzi CE, Prasad K, Schroeder DR, Sood A. Stress Management and Resilience Training (SMART) program to decrease stress and enhance resilience among breast cancer survivors: A pilot randomized clinical trial. Clin Breast Cancer. 2011; 11:364–368.

Lee V, Robin Cohen S, Edgar L, Laizner AM, Gagnon AJ. Meaning-making intervention during breast or colorectal cancer treatment improves self-esteem, optimism, and self-efficacy. Soc Sci Med. 2006; 62:3133–3145.

Howell D, Olsen K. Distress- the 6th vital sign. Curr Oncol. 2011;18:208-210.

Cohen, M. The Association of Cancer Patients' Emotional suppression and their Self-rating of Psychological Distress on Short Screening Tools. Int J Behav Med. 2013: 39;29-35.

Johnsen, A.T., Petersen, M.A., Pedersen, L., Houmann, L.J., & Groenvold, M. (2013). Do Advanced Cancer Patients in Denmark Receive the Help they Need? A Nationally Representative Survey of the Need Related to 12 Frequent Symptoms/Problems. Psychooncology. 2013; 22:1724-30.

Mitchell, A.J. (2015). Screening and Assessment for Distress. Oxford University Press: New York.

Canadian Cancer Statistics, 2017. http://www.cancer.ca/en/about-us/for-media/media-releases/national/2017/canadian-cancer-statistics-media-fact-sheet/?region=on.

Yoga et santé mentale, mythes ou réalités?

Yoga et santé mentale, mythes ou réalités?

pexels-photo-24746.jpg

L’engouement pour le yoga est un phénomène grandissant auprès d’un bon nombre de gens. Les studios, les styles et les festivals de yoga se multiplient à grande vitesse. D’ailleurs, depuis 2015, le 21 Juin a été désignée la journée internationale de yoga par « United Nation General Assembly » (UNGA, 2014). De plus, le premier salon international sur le yoga (expo yoga) s’est tenu au palais des congrès de Montréal en Février dernier. Au sein de notre équipe, Connecte groupe de psychologie Montréal, des psychologues et des professeurs de yoga collaborent régulièrement pour organiser des ateliers de bien-être et de santé mentale.

Lorsqu’on fait une recherche internet avec le terme yoga comme mot-clés, il est facile de s’emballer quant aux bienfaits cités (amélioration de la qualité de vie, gestion du stress, diminution de la détresse psychologique, promouvoir l’activité physique, etc). Toutefois, d’autres sources citent les méfaits (preuves insuffisantes, simple mode, danger de blessures, degré de difficulté, absence des bienfaits promis, etc).

Face à cette situation, j’ai jugé pertinent d’écrire à ce sujet, notamment sur les liens entre le yoga et la santé mentale. Tout d’abord, il importe de préciser que je suis biaisée : je suis une adepte du yoga depuis plusieurs années et ma thèse doctorale portait sur le yoga. Cependant, l’objectif ici est de résumer ce qu’est le yoga, les bienfaits et les limites observés concernant la santé mentale selon des recherches scientifiques et fournir quelques ressources.

Le mot « yoga » est un dérivé de la racine sanskrit « yuj », qui veut dire « unir ». Ultimement, « yoga » signifie l’union du moi individuel avec le moi universel. Le terme renvoie aussi à la discipline pratiquée menant à cette union (Bower et al., 2005). Cette activité vise à améliorer le bien-être physique, émotionnel et spirituel (Bower et al., 2005). Cette activité est pratiquée pour explorer le lien corps-esprit, la conscience du corps, l’importance de la respiration et de la relaxation.

Bon nombre de recherches ont été effectuées auprès de diverses populations (en santé, oncologie, maladies cardiovasculaires, troubles anxieux, troubles dépressifs, etc). Dans l’ensemble, les études suggèrent une amélioration quant à la gestion des symptômes dépressifs, des symptômes anxieux, la détresse psychologique et une amélioration au niveau de la qualité de vie (Buffart et al., 2012; Chong et al., 2011; Jeter et al., 2015; Kirkwood et al., 2005; Li & Goldsmith, 2012; Patel et al., 2012). Cependant, il importe de mentionner que la littérature scientifique révèle une variabilité importante quant à la rigueur méthodologique des recherches menées (petits échantillons, un nombre restreint d’essais randomisés, diverses interventions, etc). Par conséquent, les bénéfices du yoga sont prometteurs mais avant de pouvoir conclure son efficacité à grande échelle, il faut plus d’études bien menées. Heureusement, les recherches à ce niveau se multiplient!

Alors, en attendant les résultats de ces recherches, que faire et quoi dire tant à ceux se méfiant du yoga que ceux ne jurant que par le yoga? Voici ce que je propose: Le yoga est l’une des interventions complémentaires et alternatives (ICA) les plus pratiquées et les plus sollicitées. Les ICA réfèrent à des interventions holistiques, axées sur les produits naturels, n’étant pas considérées comme des interventions standards et souvent nommées « orientales ». À ce jour, les études sur le yoga semblent démontrer des bienfaits importants pour favoriser le bien-être et la santé mentale, il s’agit d’une intervention sécuritaire pouvant être pratiquée par des individus en santé et diverses populations cliniques. Toutefois, il faut plus d’études avant de pouvoir généraliser les bénéfices du yoga. Plus important, le yoga est une stratégie et non pas LA stratégie. Cela signifie donc qu’il est possible d’utiliser cette intervention conjointement avec les interventions standards pour améliorer son bien-être (psychothérapie, traitements pharmacologiques, conditionnement physique, etc).

Pour conclure, je vous invite à visiter les sites de Passeport Santé et Mon Yoga Virtuel afin d’en apprendre davantage sur le yoga.

Bonne exploration!

Namasté


Annélie S. Anestin est une psychologue à la clinique Connecte Groupe de psychologie de Montréal. L’équipe de Connecte aime bien écrire sur les diverses façons d’améliorer notre santé mentale et inclure la psychologie dans notre vie quotidienne. Pour plus de conseils utiles, consultez les blogues de Connecte, les baladodiffusions, suivez-nous sur Instagram @connectepsychology ou aimez notre page sur Facebook.


Références

Bower, J.E., Woolery, A., Sternlieb, B. et Garet, D. (2005). Yoga for cancer patients and survivors. [Review]. Cancer Control: Journal of the Moffitt Cancer Center, 12(3), 165-171.

Buffart, L.M., van Uffelen, J.G., Riphagen, II, Brug, J., van Mechelen, W., Brown, W.J. et Chinapaw, M.J. (2012). Physical and psychosocial benefits of yoga in cancer patients and survivors, a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. [Meta-Analysis Research Support, Non-U.S. Gov't Review]. BioMed Central Cancer, 12, 559.

Chong, C.S., Tsunaka, M., Tsang, H.W., Chan, E.P., Cheung,W.M. (2011). Effects of Yoga on Stress Management in Healthy Adults: A Systematic Review J Altern Ther Health Med, 17(1), 32-8.

Jeter, P.E., Slutsky, J., Singh, N. et Khalsa, S.B. (2015). Yoga as a Therapeutic Intervention: A Bibliometric Analysis of Published Research Studies from 1967 to 2013. J Altern Complement Med, 21(10), 586-592.

Kirkwood,G., Rampes, H.,Tuffrey, V., Richardson, J., et Pilkington, K. (2005). Yoga for anxiety: a systematic review of the research evidence. Br J Sports Med, 39, 884–891.

Li, A.W. et Goldsmith, C-A.W. (2012). The effects of yoga on anxiety and stress. Altern Med Rev 17(1), 21-35.

Patel, N.K., Newstead, A.H. et Ferrer, R.L. (2012). The Effects of Yoga on Physical Functioning and Health Related Quality of Life in Older Adults: A Systematic Review and Meta-Analysis. J Altern Complement Med, 18(10), 902-917.

United Nations, International Yoga Day (2014)

Qu’est-ce que la douleur chronique?

Qu’est-ce que la douleur chronique?

shutterstock_282980102.jpg

« J’ai mal au dos ! » Bon nombre de gens, moi y compris, se plaignent d’une telle douleur. Pour certains, il s’agit d’un inconfort temporaire que l’on désigne comme étant une douleur aiguë. Celle-ci peut être causée par une blessure, une chirurgie ou un faux mouvement. Dans ces cas-ci, il est possible de s’adapter et de composer avec en sachant que cette douleur ne persistera pas. Toutefois, lorsque cette douleur s’échelonne sur une plus longue période (trois mois et plus) ou qu’elle se présente à maintes reprises, il s’agit d’une douleur chronique.

Bien que 20 % de la population canadienne souffre de douleur chronique et que le quart de celle-ci en souffre à un point tel que les activités habituelles quotidiennes sont perturbées, elle demeure méconnue et souvent sous-estimée (Rivard et Gingras, 2012). Dans le livre, « La douleur. De la Souffrance aux mieux-être », plusieurs exemples de conséquences socioéconomiques et psychosociales liées à la douleur chronique sont énumérés : visites médicales fréquentes, absentéisme au travail, réduction ou arrêt d’activités, isolement, colère, impuissance, troubles liés au sommeil, anxiété et dépression (Rivard et Gingras, 2012). Tel que défini par l’Association internationale pour l’étude de la douleur : « la douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle déplaisante associée au dommage actuel ou potentiel des tissus. La douleur est très personnelle et subjective » (site internet de l’Association Québécoise de la Douleur Chronique, AQDC, 2015).

Cette définition met en lumière deux aspects distincts de la douleur, soit la sensation et la perception. La sensation fait appel à nos sens (la vision, le touché, l’olfaction, la gustation) et les messages de douleur envoyés au cerveau. L’expérience sensorielle permet de dire au docteur qu’il s’agit d’un pincement, d’une sensation de brûlure ou de picotement. La perception réfère à comment on vit l’expérience sensorielle de la douleur. Autrement dit, à quoi pensons-nous lorsque nous frottons nos tempes pour tenter de nous soulager des maux de tête récurrents ? Quelles émotions surgissent lorsqu’on ne peut prendre son enfant dans ses bras en raison d’une douleur lombaire ? Que faisons-nous lorsque nous annulons la journée de ski tant attendue en raison d’une douleur persistante au genou ? Finalement, quelle attitude adoptons-nous lorsqu’on ne connaît pas la cause de la douleur chronique, lorsque les médicaments ne parviennent pas à l’éliminer ou lorsque le médecin nous annonce qu’il n’y a pas de traitement de guérison et que celle-ci repose plutôt dans les mains du patient qui doit gérer sa douleur.

Ces questions sont très importantes car les réponses à celles-ci peuvent influencer l’intensité perçue de la douleur chronique. Ce phénomène peut s’expliquer par la théorie du portillon (Melzack et Wall, 1965). Cette théorie demeure toujours d’actualité malgré son âge ! En somme, elle explique qu’un mécanisme neurologique dans notre moelle épinière agit comme une porte battante en contrôlant l’accès des messages de douleur au cerveau. Plus l’ouverture du portillon est grande, plus l’intensité de la douleur est élevée. Finalement, la gestion de ce portillon repose sur plusieurs facteurs physiques, physiologiques, cognitifs, émotifs et sociaux. Autrement dit, certains facteurs sont hors de notre contrôle MAIS d’autres le sont. Alors mettons l’emphase sur ces derniers!

Parmi les facteurs pouvant être contrôlés, il y a les pensées catastrophiques liées à la douleur chronique pouvant mener à un sentiment d’impuissance ou de désespoir et à un comportement d’inactivité. Plusieurs études ont démontré qu’entretenir des pensées telles que : « Cette douleur est incontrôlable !! », « Je ne pourrai jamais mener une vie normale », « Je ne peux pas bouger car je risque d’avoir mal », génèrent un sentiment d’impuissance et intensifie la perception de la douleur (Vienneau et coll., 1999). Par ailleurs, Dr. Gamsa, psychologue et directrice d’un programme de gestion de la douleur à Montréal, révèle qu’il importe d’aider les individus souffrant de douleur chronique en validant leur souffrance, en ajustant leurs croyances liées à la douleur ainsi qu’en ajustant leurs objectifs personnels (Faire équipe face à la douleur chronique. Un ouvrage conçu pour les patients écrits par leurs professionnels de la santé, p.152).

À cet égard, plusieurs programmes regroupant différentes professions (médecins, anesthésistes, infirmières, psychologues, physiothérapeutes, ergothérapeutes) ont été élaborés pour améliorer la qualité de vie d’individus souffrant de douleur chronique. Un groupe de chercheurs ayant recueilli plusieurs études afin de mesurer l’efficacité des programmes multidisciplinaires pour la douleur chronique ont conclu que ceux-ci étaient efficaces (Scascighini et coll., 2008).    

Voici plusieurs stratégies pouvant améliorer la gestion de la douleur chronique: 

SAVOIR = POUVOIR

Se renseigner sur la douleur chronique est primordial ! Avoir de l’information sur les facteurs et les conséquences de celles-ci peuvent guider nos choix. Il existe plusieurs ressources accessibles à tous :

SORTIR DE L’ISOLEMENT

Évitez de vous isoler et de ruminer sur votre douleur chronique. Parlez-en à un ami, un parent, un psychologue ou un médecin. Il existe des groupes de soutien et une ligne d’écoute. Vous n’êtes pas seul!

Pour les informations groupes de soutien:

  • Association Québécoise de la douleur chronique

514-355-4198° 1-855-230-4198

Ligne d’écoute : 1-855- DOULEUR 

PORTEZ ATTENTION À SON DISCOURS INTÉRIEUR

Prenez le temps d’explorer votre attitude face à votre douleur. Qu’est-ce que vous vous dites ? Que ressentez-vous ? Que faites-vous lorsqu’elle survient ? Il s’agit ici d’une première étape de prise de conscience et celle-ci vous aidera à cheminer vers une meilleure gestion.

EXERCICE DE RESPIRATION

Avoir une pratique d’une respiration profonde pourrait vous aider à gérer l’anxiété liée à la douleur chronique, vous offrir un moment de distraction à la douleur et un moment de détente.

La respiration diaphragmatique est un exercice qui permet de remplir l’air en totalité des poumons en utilisant le bas du ventre plutôt que le thorax. Elle permet de ralentir le rythme de respiration et d’augmenter son amplitude.

Installez-vous confortablement dans un endroit calme et concentrez-vous sur votre respiration sans la modifier. Placez une main sur le thorax et l’autre sur le ventre. Maintenant portez votre attention sur votre main sur le ventre. Inspirez profondément par le nez (3 à 5 secondes) et visualisez votre ventre se gonfler comme un ballon. Ensuite expirez doucement par la bouche (3 à 5 secondes) comme si vous vouliez enfoncer votre nombril le plus loin possible. Répétez l’exercice à plusieurs reprises.

Bonne gestion!


Annélie S. Anestin est une psychologue à la clinique Connecte Groupe de psychologie de Montréal. L’équipe de Connecte aime bien écrire sur les diverses façons d’améliorer notre santé mentale et inclure la psychologie dans notre vie quotidienne. Pour plus de conseils utiles, consultez les blogues de Connecte, les baladodiffusions, suivez-nous sur Instagram @connectepsychology, sur Twitter @ConnecteMTL ou aimez notre page sur Facebook.


Références

Dionne, F. Libérez-vous de la douleur par la méditation et ACT. 2016. Éditions Payot, Québec.

Dufour M., Lamarche J. Apprivoiser la douleur et la souffrance autrement. 2014. Éditiona AdA inc., Québec

Les productions Odon. Faire équipe face à la douleur chronique. Un ouvrage conçu pour les patients écrits par leurs professionnels de la santé. Productions Odon 2010, Québec.

Melzack R, Wall PD. Pain mechanisms: a new theory. Science 1965; 150: 971-9.

Vienneau TL, Clark AJ, Lynch ME, Sullivan MJL. Catastrophizing, functional disability and pain reports in adults with chronic low back pain. Pain Res Manage 1999; 4: 93-96.

Rivard M-J, Gingras D. La douleur. De la Souffrance aux mieux-être. 2012. Éditions Miléna Stojanac

Scascighini L, Toma V, Dober-Spielmann S, Sprott H. Multidisciplinary treatment for chronic pain: a systematic review of interventions and outcomes. Rheumatology 2008; 47: 670-8.